accueil arrow restaurations arrow techniques courantes
Technique de restauration courantes
Voici les technique de restauration de peinture de chevalet les plus courantes :



  • La Consolidation :
    Elle se fait de façon locale ou générale et  souvent avant le transport ou avant le nettoyage.



  • Le Nettoyage :
    Opération la plus délicate de la restauration, le nettoyage ne peut être assuré dans des bonnes conditions que par un spécialiste! Nombreux sont les dégâts irréversibles causés par des nettoyages intempestifs.

    Avant nettoyage           Nettoyage à mi-parcours           Nettoyage achevé
    Tableau dans une collection d'un fumeur intense, d'où la décoloration due aux dépôts de fumée de cigarettes.


  • La Mise à plat :
    Les toiles des tableaux comportent avec le temps des déformations, des déchirures, des bosses ou des tensions inégales. Ces problèmes sont résolus par une exposition plus ou moins prolongé dans une chambre d’humidité. Exercé sous contrôle, la mise à plat est suivie d’un séchage lent.
    Toutes ces opérations ont lieu sur une table à basse pression.  

  • Le Rentoilage :
    C’est un doublage de la toile originale affaiblie ou accidentée. Cette opération ne doit pas être systématique mais elle devient nécessaire des qu’il y a un manque dans la toile ou une déchirure importante. Le rentoilage se fait sur une toile en polyester, matière bien plus résistante et insensible à l’humidité qu’une toile naturelle. En effet, la toile naturelle (souvent de lin ou de coton)  perd la moitié de sa résistance tous les 12 ans, alors que le polyester mettra 50 ans. Toutefois une toile de lin peut être appliquée de façon à ne pas voir le polyester.
    Mettre des « rustines » au dos pour consolider les petites « crevaisons » - est un bricolage archaïque qui est depuis longtemps remplacé par une soudure « fil à fil » de la toile originale. Le résultat est quasi invisible et ne produit aucune marque sur la surface du tableau.

  • Le Marouflage :
    Cette technique de doublure d’un support souple (ex. : toile, papier, nattes…) sur un support rigide s’avère parfois nécessaire pour des grands formats.

  • Le Rebouchage :
    Il consiste à mettre à niveau la lacune et à imiter la structure de surface du tableau original afin de donner une homogénéité à l’ensemble. Il se fait avant la retouche. Souvent en mastic, je le remplace pour des conditions particulières, par des élastomères.

  • La Protection de dos :
    Toute peinture sur toile sort de mon atelier avec une protection de dos.